top of page
  • Photo du rédacteurDirk

Des montagnes et pas de neige - le changement climatique devient évident

Nous aimons les montagnes, nous étudions les montagnes, et nous faisons des randonnées en montagne. Nous avons une sorte de tradition autour des fêtes de Noël et du Nouvel An - nous faisons des randonnées en montagne, nous essayons d'avoir une belle vue sur les sommets enneigés. Il y a environ 10 ans, nous avions prévu une randonnée vers l'un des nombreux lacs portant le nom de Bleu dans les Pyrénées ariégeoises. Nous n'avons pas pu faire la randonnée prévue, car nous nous sommes enfoncés dans la neige jusqu'aux hanches. Nous avons décidé de faire une randonnée moins périlleuse à la place et avons grimpé jusqu'au Col de la Core. Dans la neige, ce n'était pas une randonnée facile. Cette même année, nous avons donc investi dans des raquettes à neige pour être prêts pour la prochaine randonnée enneigée. Nous les avons utilisées de moins en moins... Les changements d'enneigement que nous avons observés ces 10 dernières années ont confirmé ce que nos collègues de la climatologie prédisaient depuis plus de 30 ans.


Vue du Col de la Core Dec. 2012.


Puis décembre 2022. Il y a eu une période de froid de deux jours, avec des températures matinales de -5°C. C'est le seul hiver que nous avons eu jusqu'à présent... Depuis, les températures ont augmenté et nous avons eu des records de température et des records de température. Autour des jours fériés, nous avons eu un peu de temps et avons continué notre tradition de faire des randonnées dans les montagnes voisines, découvrant de nouveaux points de vue, et s'éloignant de nos lacs de montagne habituels et bien étudiés pour changer. Pour notre première randonnée, au Col d'Araing à près de 1400 m, nous ne savions pas à quoi nous attendre, nous avions avec nous pulls, gants, bonnets et chaussettes chaudes. Nous avons souffert... il faisait beaucoup trop chaud. Près du col, nous avons vu des papillons voler dans tous les sens. En décembre ! A 1350 m d'altitude... Nous avons été importunés par des mouches qui se faisaient un plaisir de grignoter notre sueur. En arrivant au col, nous avons trouvé un groupe de moutons encore sur leur "estive". On aurait dit une fin de septembre. On se sentait en automne, mais on était censé être en hiver, c'était le 25.12.22 après tout.


Moutton proche de Col d'Araing - Dec. 2022


Notre deuxième randonnée de fin d'année nous a amenés à nouveau au Col de la Core. Cette fois, nous y sommes allés en voiture. Pas de neige sur la route. Il y avait une petite brise hivernale au Col, mais c'était à peu près tout. Nous avons fait une randonnée vers les estives de Bouriex, on se serait cru au début de l'automne. Des feuilles partout, de la neige seulement dans des zones très protégées et très petites ici et là. Pas de quoi s'enthousiasmer, sauf si vous êtes un enfant et que vous n'avez pas eu de neige du tout cette année.



Vues du Col de la Core en Dec. 2022.


Une observation remarquable était qu'il y avait beaucoup de hêtres qui se sont littéralement cassés en deux à cause d'un vent fort. J'ai déjà vu cela auparavant, mais c'était dans les forêts tropicales de Guyane française, où le bois est rigide et avec un vent trop fort, ils se cassent. Je ne suis pas un spécialiste des arbres, mes lecteurs le savent, mais je me demande (et ceux qui peuvent m'éclairer, allez-y), si la flexibilité du bois des hêtres a été impactée par trois années sèches dans les Pyrénées Ariégeoises ? Est-ce un autre effet du changement climatique, pas si facile à prévoir ? Moins d'eau, moins de qualité du bois, une plus grande rigidité des tiges des arbres, et puis avec les différences de températures élevées des vents plus forts, qui ont le potentiel de créer des ravages dans les forêts de montagne ? Telles sont les questions que je me posais et auxquelles je n'ai pas encore de réponse (je suis heureux d'entendre la vôtre).


Des arbres craques


La randonnée fut agréable, mais me laisse songeur sur la tournure que prendra 2023, si nous ne rattrapons pas notre retard en matière d'enneigement... au Col de la Core fin décembre, il aurait dû y avoir plusieurs mètres de neige... aucun visible cette année.


Notre dernière randonnée de 2022, nous a amené dans la vallée de l'Orle. Il faisait encore chaud et la couche de neige sur les montagnes qui nous entouraient restait mince. La rivière Lez a bien montré son squelette (= pierres), mortellement maigre du fait du manque d'eau. Ce jour-là, alors que nous nous sentions encore une fois comme au début de l'automne, nous avons pataugé dans les feuilles mortes jusqu'à nos hanches. Toutes les feuilles essayent et sont croustillantes. Que va-t-il se passer, si elles ne sont pas recouvertes de neige ? Sans eau et sans humidité, elles ne seront pas digérées, elles ne retourneront pas dans le cycle des nutriments, elles ne créeront pas une nouvelle couche de sol. Elles peuvent simplement être emportées par le vent dans les montagnes et dans le lit des rivières.



Espérons qu'un vrai hiver arrive, et vite, avant que les arbres fruitiers ne commencent à fleurir, parce qu'ils pensent que c'est le printemps. Oui, il pourrait y avoir quelques avantages pour nous à avoir des températures élevées, mais nous n'avons pas encore compris toutes les conséquences, et il y en aura.

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page