• Dirk

Qu'avons-nous fait à notre planète ?


Après une longue pause dans mes déplacements internationaux, en raison des restrictions de voyage liées à la Covid, j'ai décidé de participer à nouveau en personne à la plénière de l'IPBES-9. L'IPBES est l'acronyme de "Intergovernmental Science-Policy Platform for Biodiversity and Ecosystem Services". Il s'agit d'un processus des Nations Unies qui, en résumé, pourrait être appelé le Conseil international de la biodiversité. Au cours de ces sessions plénières, la majeure partie du travail n'est pas réalisée, mais le travail effectué entre les sessions plénières (entre 12 et 18 mois) est évalué, les rapports sont examinés et approuvés après un marchandage plus ou moins difficile entre les États membres sur les mots, les virgules et le contenu.


Ok, donc depuis 2020, je n'ai pas beaucoup voyagé et me suis apparemment familiarisé avec le paysage vert et luxuriant des contreforts et des montagnes des Pyrénées françaises dans lesquelles je vis. Les quelques voyages que j'ai faits en France se sont faits en train, donc je n'ai pas vu la Terre d'en haut depuis un moment. Hier, j'ai pris l'avion pour me rendre à Bonn, en Allemagne, pour l'IPBES et ce que j'ai vu d'en haut m'a choqué. Cela m'a vraiment frappé de plein fouet.

J'ai traversé des paysages urbanisés, des terres agricoles et je n'ai vu que quelques parcelles d'arbres - de petits, voire de très petits îlots de verdure dans un paysage dominé par l'homme.



Aerial photo (Google Maps) of the vicinity of Toulouse


Puis, en prenant le bus de l'aéroport pour Bonn, j'ai traversé le Rhin. Ce que j'ai vu, ce sont des berges industrialisées. Dévastateur !




Où se cacheraient les ours, les loups ? Où sont les cerfs ? Où sont les plans d'eau purs et propres pour les amphibiens et les autres espèces ? Où sont les prairies ouvertes, les forêts anciennes ? Toutes deux grouillantes de vie, lorsqu'elles existaient. Nous avons repoussé toutes les espèces vers de petites parcelles et réserves. Nous nous plaignons, lorsque nous croisons des animaux sauvages comme les loups et les ours. C'est dangereux ! Nous oublions que nous sommes les espèces envahissantes, que c'est l'espèce humaine qui demande de plus en plus d'espace. Nous n'entendons pas les cris de la nature... nous y sommes sourds.


Qu'avons-nous fait à notre planète ? Tous les endroits que j'ai traversés en avion étaient naturellement des forêts ou au moins des prairies. C'était il y a bien longtemps ! Vraiment ? Eh bien, cela dépend de la façon dont on définit le temps... 1200 ans semblent être une longue période pour les humains, mais pour certaines espèces d'arbres, cela ne représente que 2 ou 3 générations. Entre l'an 850 et la révolution agricole, les changements ont été lents. Donc, en fait, ce que nous voyons maintenant et auquel nous nous sommes habitués ne s'est produit qu'au cours des 200 dernières années. Ce n'est certainement pas une longue période. Nous avons causé des ravages dans notre environnement et dans la nature. Pourquoi ? Était-ce une croyance ? La nécessité ? De la naïveté ? Il est probable que c'était une combinaison de tout cela.



Figure from Jungclaus et al.


Nous avons détruit tout cela pour nous chauffer, pour nous nourrir et pour produire des biens pour nous-mêmes. Nous avons délibérément détruit la nature pour notre confort et pour notre subsistance, sans remords. Nous nous demandons maintenant pourquoi la planète est malade, pourquoi elle est fiévreuse. Ici, à Bonn, l'IPBES discute désormais de l'état de la Terre mère / de la nature et de ce que nous pouvons faire pour y remédier.


Des experts (= des universitaires) produisent des rapports massifs sur divers aspects de l'état et de l'évolution de la biodiversité dans le monde. Ces rapports représentent un énorme effort pour rassembler les connaissances actuelles sur les sujets les plus difficiles de la préservation, de la protection et de la réparation de notre planète et des moyens de sortir de la crise de la biodiversité. Je ne peux qu'espérer que ce travail fasse la différence dont nous avons besoin, que l'humanité laisse derrière elle sa vision naïve, change son comportement invasif et fasse tout pour maintenir la biodiversité, une partie énorme de notre système mondial de soutien de la vie.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout